Plan d’austérité britannique : la grande purge économique

Plan d’austérité : l’économie britannique amputée de toutes parts

Les manifestations concrètes de cette purge sont entre autres la suppression de 500 000 emplois du secteur public d’ici 5 ans, le budget des ministères réduit de 25 %, le rabais de nombreux dispositifs d’assistance sociale et le recul de la retraite à 66 ans pour tous contre 65 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes actuellement. Le déficit budgétaire du pays est tel qu’il risque d’y perdre son AAA ; ce score attribué par les établissements financiers mondiaux détermine la solvabilité d’un état, faute de quoi, aucun prêt ne lui sera accordé. Le gouvernement espère que le secteur privé permettra de réinsérer au plus vite les fonctionnaires perdant leurs emplois suite à cette réforme.

Les avis des médias divergent sur la bonne façon de qualifier ces mesures drastiques, mais bon nombre d’entre eux les considèrent comme une réforme violente et sans précédent. Au nom de la croissance, George Osborne va mettre à exécution le plan d’austérité qu’il a présenté le mercredi 20 octobre, supposé contrebalancer le déficit public britannique représentant 11 % du PIB selon les estimations de 2009. Il justifie ces restrictions très sévères en déclarant que c’est un mal nécessaire pour un avenir meilleur. Il entend ainsi restaurer les comptes publics, mis à mal par ses prédécesseurs qui vivaient au-dessus des moyens du pays.

Plan d’austérité britannique, des mesures économiques bénéfiques à certains

Certains budgets sont maintenus malgré tout, notamment celui en faveur des sciences, ou de la santé qui bénéficie même de 37 % de plus. Les infrastructures de transport se verraient allouer une somme supérieure pour atteindre 30 milliards de livres. La décriée augmentation d’impôt représente 2,5 % de plus au niveau de la TVA pour 2011, à laquelle il faut ajouter la hausse des taxes sur les plus-values. De telles décisions budgétaires, les Britanniques n’en avaient plus été témoins depuis l’ère de Margaret Thatcher. Les domaines de la santé et de l’éducation ont tout de même été épargnés par ce que beaucoup qualifient déjà de « massacre ».

Cette réforme va toucher jusqu’à la famille royale qui perdra 14 % de son budget en 2012-2013, tandis qu’il sera gelé l’année prochaine. Pour rappel, le budget royal intervient dans le règlement des payes du personnel et à l’entretien du Buckingham Palace et du Windsor Castle, qui loge la famille royale. Malgré les allégations de George Osborne, comme quoi les mieux rémunérés seraient les plus touchés par la réforme, ce sont en fin de compte les prestations sociales qui en seront le plus lourdement victimes donc les handicapés, étudiants, chômeurs, immigrés, etc. Les experts financiers ne semblent guère convaincus que ces mesures aussi radicales sont réalisables.

 

Plan d’austérité britannique : la grande purge économique

George Osborne orchestre une hausse de 29 milliards de livres sur les impôts ainsi qu'une coupe budgétaire de 81 milliards sur l'économie du Royaume-Uni. Ce plan d’austérité est perçu comme une purge par les Britanniques.

Les tendances

La Bourse de Paris a été à la fête en 2012. Elle a haussé de plus de 15% entre le début et la fin de l’année. Néanmoins, toutes les valeurs n’ont pas (...)

> Bourse : les valeurs gagnantes...
Plan d'austérité britannique : la grande purge économique

Plan d’austérité britannique : la grande purge économique

George Osborne orchestre une hausse de 29 milliards de livres sur les impôts ainsi qu’une coupe budgétaire de 81 milliards sur l’économie du (...)

> Plan d’austérité britannique :...
La situation de l’endettement des agents non financiers au 2e trimestre 2010

La situation de l’endettement des agents non financiers au 2e trimestre 2010

Les statistiques concernant « l’endettement des agents non financiers » au 2e trimestre 2010 ont été dévoilées par la Banque de France. Les chiffres (...)

> La situation de l’endettement...
Salons Solutions 2017 Quelles actualités et tendances pour Sage