La régulation des marchés financiers mondiaux

La régulation des marchés financiers mondiaux, les avis divergent

Les investisseurs mondiaux sont contre « la règle Volcker » qui interdit les institutions financières de réaliser des opérations de trading pour leur propre compte. Mais ils sont favorables à la législation des États-Unis qui souhaite augmenter les réserves de fonds propres des banques pour renforcer la protection des clients face aux institutions financières. L’État et le monde de la finance sont unanimes sur le fait que la constitution de provisions pour la protection du consommateur peut être un bon moyen de prévenir les risques financiers encourus par ces derniers. Toutefois, plus d’un investisseur sur deux rejette la règle qui prône la séparation des bureaux swaps et des banques commerciales.

Les investisseurs asiatiques sont majoritairement favorables à la séparation des fronts Office des bureaux des banques commerciales alors que les investisseurs américains sont en grande partie opposés à cette mesure. De plus, la grande majorité des investisseurs est contre la mesure visant à interdire aux banques de faire du trading avec leurs propres réserves. Toutefois, tous les investisseurs professionnels réclament que des mesures soient prises par l’État pour freiner les prises de risque. Malgré plusieurs mois de lobbying de Wall Street contre une grande partie de la réforme proposée par le président des États-Unis et le législateur, Wall Street est favorable à ce que des mesures soient adoptées en vue de protéger l’économie des troubles financiers.

La régulation des marchés financiers mondiaux par la prévention des investissements fictifs

La séparation des bureaux de swaps des bureaux des banques commerciaux permet d’une part d’assurer que le capital des banques n’est pas centralisé et utilisé pour satisfaire les exigences réglementaires en ce qui concerne les marchés de produits dérivés. D’autre part, cette séparation empêche que le capital des banques ne serve à couvrir les pertes des traders. En bref, cela signifie simplement que le capital de l’économie réelle, à savoir les prêts privés, ne va pas être utilisé pour financer des investissements fictifs. Le manque de contrôle vis-à-vis de ce genre de pratique est sans conteste une des raisons qui a permis que la crise financière se transforme en crise économique.

L’établissement d’une agence internationale chargée de superviser la protection financière des consommateurs en détectant les investissements fictifs aurait permis d’éviter la crise que le monde vient de traverser. Toutefois, le projet de mettre sur pieds ce genre d’agence préventive a eu peu de succès auprès des investisseurs des États-Unis qui sont pessimistes quant à son utilité. Par contre, les investisseurs de l’Asie et de l’Europe durement touchés par la crise, y sont favorables. En effet, les consommateurs, premières victimes de la crise, ont plus que besoin de protection contre les pratiques en vigueur dans le monde financier.

 

La régulation des marchés financiers mondiaux

Le président Barack Obama a décidé d’adopter des mesures pour prévenir toute pratique financière douteuse.

Les tendances

Si les grands traders et autres acteurs de la finance connaissent exactement la fiscalité qui s’applique aux valeurs mobilières, les petits porteurs (...)

> Fiscalité boursière : comment...
3 milliards de prêts accordés par an aux PME industrielles

3 milliards de prêts accordés par an aux PME industrielles

Les 3 milliards de prêts supplémentaires, prévus être accordés par an aux PME industrielles, constituera une bouffée d’oxygène pour ces entreprises qui (...)

> 3 milliards de prêts accordés...
Une perte exorbitante pour BP en 2010

Une perte exorbitante pour BP en 2010

Si le pétrolier britannique BP a fait preuve de succès depuis sa création, l’année 2010 a été un bouleversement total pour cette firme. En effet, c’est (...)

> Une perte exorbitante pour BP...
Salons Solutions 2017 Quelles actualités et tendances pour Sage